Frédéric Smeets & Sophie Roose : Gloria Friedmann, Le Carré Rouge

Le Carré Rouge, Gloria Friedmann - 1

Le Carré Rouge, Gloria Friedmann, Villars-Santenoge, 1997

Le Carré Rouge, Gloria Friedmann - 2

Le Carré Rouge, Gloria Friedmann, Villars-Santenoge, 1997

Le Carré Rouge, Gloria Friedmann -3

Le Carré Rouge, Gloria Friedmann, Villars-Santenoge, 1997

Le Carré Rouge, Gloria Friedmann

Le Carré Rouge, Gloria Friedmann, Villars-Santenoge, 1997

Le Carré Rouge

Dormir dans une sculpture (de béton !), voilà l’expérience que nous propose l’artiste allemande Gloria Friedmann dans son Carré Rouge situé dans le département de la Haute-Marne.

Décrit comme un « Tableau-refuge », ce gîte spartiat nous plonge au cœur de la nature : après avoir quitté l’autoroute, on traverse d’interminables forêts pour finalement aboutir dans le petit village de Villars-Montroyer. Là, le périple n’est pas encore fini : il nous faut encore trouver le refuge, au bout d’un chemin agricole en essayant de ne pas embourber notre voiture.

Enfin, on découvre Le Carré Rouge (qui porte bien son nom !) tronant fièrement à la lisière d’une magnifique forêt de pins et en bordure d’étangs.

Un simple cube de béton avec une face rouge et une autre vitrée s’ouvrant sur le paysage verdoyant. Voilà notre « Tableau-refuge » très contemporain !

Plongé au cœur de la nature garantie ! On est littéralement coupé de toute civilisation : pas de couverture gsm et ni eau courante ni d’électricité !

L’artiste, très intéressée par les matériaux, la culture et la nature, a voulu établir une relation intense entre l’homme et son environnement. Pari réussi ! Nous voilà à pomper de l’eau, couper des bûches pour en faire du petit bois. On découvre à quel point on est devenu dépendant de la technologie et on est tout rassuré d’avoir dans le groupe, un fumeur avec un briquet qui nous permet d’allumer une bougie avant la tombée de la nuit ! Retour aux sources.

La capacité d’accueil du refuge est de 6 personnes. Le confort est spartiat : terre battue au sol, mobilier rustique en bois, lit à même le sol avec une magnifique vue sur la nature qu’on a la chance d’observer dès l’aube : les grandes baies vitrées sont dépourvues de rideaux et sont orientées vers l’est. Réveillés par les premiers rayons du soleil, nous admirons le sublime spectacle du lever du soleil.

Le Carré Rouge porte bien son titre de « Tableaurefuge » ou peut-être aurait-ce du être « Sculpturerefuge » ? Toutes les préoccupations sont réunies : forme, couleur, définition d’un espace, affirmation des matériaux et interraction avec le spectateur. Abri-œuvre, Le Carré Rouge nous fait redécouvrir la beauté d’un paysage en toute simplicité.

http://www.nouveauxcommanditaires.eu/…

http://www.artpointfrance.org/…

Crédits photographiques : Frédéric Smeets & Sophie Roose